Connexion

Nous avons 319 invités et aucun membre en ligne

Charte d'utilisation du site jijel.info

17021306592910019 1

Prévisions Météo

Votre publicité ici !

Devenir annonceur sur ce site: Espace publicitaire compatible avec différents formats et à des tarifs très attractifs. حملة إعلانية تعني النجاح. لإعلاناتكم على بوابة الموقع اتصلوا بنا Ecrire à : contact@jijel.info

Retour sur une page d'histoire.

Le projet Bellara

 

 

 

 

Communiqué jijel.info

 

 

 

Aider jijel.info...! Nous vous remercions pour votre fidélité, pour la survie de cette petite fenêtre jijellienne.

Histoire Histoire

France, les rebelles disent " ne nous battons pas " alors que les manifestations musulmanes éclatent...

une traduction que je viens de faire du texte du journal Américain, the Daily Universe du 10 Mai 1961 sur Jijel,

PARIS, le 10 mai (UPI) - La France et le gouvernement provisoire algérien rebelle  sont aujourd'hui prets d'un accord pour entamer des négociations la semaine prochaine, afin de mettre fin à la guerre qui dure depuis six ans et demi en Algérie.

Une source faisant autorité à Tunis, siège du gouvernement rebelle, a déclaré qu'une annonce à cet effet serait faite dans les 24 heures à Tunis, et à Paris.

Après cela, le Premier ministre rebelle Ferhat Abbas fera un discours radiophonique au "peuple algérien" sur la difficulté des négociations à venir, selon la source. L'annonce couplée à l'allocution d'Abbas, pourrait mettre un terme aux nouvelles manifestations Musulmanes qui ont éclaté en Algérie aujourd'hui... Lire la suite ici

Cela s’est passé un 19 juin 1956, l’exécution du Chahid Ahmed Zabana

Ahmed Zabana, fut un militant de l’indépendance algérienne, et le premier résistant à mourir guillotiné en 1956, aux termes d’un simulacre de procès conduit par un tribunal colonial.
Zabana fut le premier martyr depuis le déclenchement de la guerre de libération nationale à monter sur l’échafaud, le 19 juin 1956, dans l’enceinte de la prison de Barbarousse, sur les hauteurs d’Alger. Son exécution ainsi que celle de Ferradj avaient été réclamées à cor et cri par les milieux colonialistes dits « ultra », qui en firent un motif de satisfaction. Mais l’événement provoqua dans l’opinion algérienne un mouvement de colère si puissant qu’il ne tarda pas à se traduire par une série d’actions anticolonialiste.../

JIJEL - USA

Ce n'est pas l'annonce que le bateau prêt à partir pour les USA - ou serait-ce pour l'Australie, le Canada ou la Nouvelle-Zélande mais cette dernière n'intéresse personne; le nom est trop dur à prononcer- est en rade.

Non, c'est Jijel (Djidjellide l'époque) mentionnée dans un journal américain de 1961 rapportant le courage de nos grand-pères et de nos grand-mères brandissant le drapeau rebelle (le notre) et poussant des youyous en attendant le discours radio de Ferhat Abbas ‎qui devait annoncer le début des négociations avec la France. 3 morts sont déplorées.

UNE AUTRE PAGE D'HISTOIRE SUR EL-AOUANA EX: CAVALLO.. Réédité

La commune de Cavallo a été crée par décision en 1887, qui comprenait le plan de la ville, constitué sur la base de 31 actions immobilières, et le 19 mars 1899, en application des articles 26/27 du 1er octobre 1844.
Un suivi administratif colonial a été annoncé pour l'expropriation et l'acquisition de propriétés accélérées à des fins d'intérêt public afin de créer le village connu Cavallo.
Que veut dire El-Aouana ?
elle est dérivé linguistiquement de "l'aide" et représente une activité commerciale basée sur le troc.
La superficie est de 127,94 kilomètres carrés
La population est de 15038 statistiques au dernier recensement.
La commune d'El-Aouana comporte environs 46 mechtas et villages.
Je vous cite quelques unes: merci de nous rajouter d'autres oubliées.
Chahna. Madjrouda. Ghnimen. Bekkara. Amchid. El Horch. Laalaoucha. Ouled Bousaid. Bouzaguene. Grayawla. Ouled Boubekeur. le Canton de Hamza moukoufa qui regroupe des lieux dit comme lhorach, nchid, laalawcha, Ouled boussaid..
Aachira. Mesila. Ahmarmag. Goubia. Ksir aamrane. Bouaasli. El Anser. Nator. Amghaz. Chekrida. Dar ben kirat.. lakhnak. lahbabcha. souk aouana. Echrait. kaa el djebel. boughoula. lamrayadj. akhalfa. taghnimt. communal. bouhdjem. seddadka. afouzer. laakiba. Bouyaakoub. ain adafel. filken. bouaazoune. dar belhanache. timrijane. cité 45 logts. kheddana. tabola. laakiba. zikara. marigha. dar lakdima. blida.
Maintenant pourquoi on l'appelle Cavallo ?
A mon avis cette appelation, est certes europenne, mais, c'est une pure traduction de l'arabe "Dziret el kheil" transcrite sur les anciennes cartes géographiques arabes et que les génois ont traduit intégralement pour donner le nom de Iles Cavallos d'où Cavallo...
et, pourquoi a t-on appelé ainsi ? tous simplement c'était le lieu d’embarcation des chevaux vers toutes destinations depuis l’Afrique vers l’Europe.
Une autre question: Quelle est la famille des ouled m'hamed, à qui appartenait la plus grande parcelle sur lequel a été érigé le village.. ?
Il s'agit de la famille Boumezrag.
ALLEZ PASSEZ UNE BONNE JOURNÉE.👍☀️

UNE BELLE PAGE D'HISTOIRE...

61675218 2673387526035864 682899361977335808 n

Photo souvenir de Zighoud. Le héros Zighoud Youcef, un des principaux dirigeants de la guerre d'indépendance, en est un. Mais l'habit du héros était aussi celui d'un chef «politico-militaire» exceptionnel. Un stratège qui a réinventé la guérilla urbaine, en combinant techniques de l'Intifadha et procédés militaires. 

Membre des «22», adjoint de Didouche Mourad

Hommage à nos chouhadas El-Abrar, et à nos valeureux Moudjahidines

Photo souvenir de Jijel

193383999 5444040512303871 4159252148683246400 n
صورة قديمة من ساحة المسجد بجيجل.
Une photo souvenir, prise dans l'ancienne terrasse de la grande mosquée, où, nous pourrons constater les habits traditionnels: ettarbouch dehmar w sarwal eqa3da...
Un temps d'or inoubliable, les gens attachés à leurs culture, à leurs traditions...

Jijel: Les années 80...

Voici une belle image, un souvenir des années 80. La viande bio du veau qui avait reçu une alimentation saine et variée à 60 DA...

 

La boucherie du défunt Arrada Seddik.
Que de souvenirs...

UN HOMMAGE...

ذكري ترحم علي هذا الرجل المحبوب عند كل الجواجلة...
Une pensée nostalgique. quelques lignes d'un rêve éveillé dans un monde disparu...
Je me souviens, du temps de Da Messaoud allah yarahmou, de sa gentillesse.
- Je me souviens de sa belle écriture française, de sa finesse.
- Je me souviens de son créponet au citron et sa chaleur du soleil dans la glace.
- Je me souviens si tard, je me souviens si peu, du temps qui passe, avec trop de sagesse, et, ne plus se souvenir, c'est peut-être ça, vieillir...!
Le temps passe imperturbablement, nous avons changé, la ville aussi... BONNE JOURNÉE À TOUTES ET À TOUS.

Une photo et des souvenirs...Pourquoi ne veut-on pas changer ?

173188914 5200803443294247 1926230251879228154 n
صورة وذكريات الزمن الجميل والجيل الذهبي.
Bonjour. Il est encore tôt ce vendredi 13 Avril, avant de sortir prendre un petit café, j'aimerais vous présenter encore une fois un vieux souvenir...
Une photo matinale, me fait revenir 40 années en arrière...
C'est durant cette année, début des années 80, que je suis arrivé d'Alger, dans ce magnifique quartier, en compagnie de mes amis que je salue très chaleureusement: Birouk Abdelaziz, Bouketta Hocine, Chelgham Boudjemaa et le défunt Ahsene Djerourou allah yarahmou.
Tous les cinq "autonomes", sérieux et consciencieux, dotés de compétences spécifiques, spécialisées chacun dans son métier, ayant un seul objectif, prendre la relève des russes, et bien former la jeunesse Jijellienne, afin d'acquérir des connaissances et des compétences dans un domaine professionnel destiné au complexe de la SNS de Bellara...
Nous étions les premiers enseignants des spécialités nouvelles dans notre wilaya, qui avait formé des milliers d'apprenants, des ouvriers hautement qualifiés possédants de par leur formation professionnelle et une expérience approfondie la parfaite maîtrise d'une spécialité de grande technicité, notamment dans la maintenance industrielle...
et, qui ne voit la naissance de son complexe, qu'après 38 années.
Le seul changement dans cette paisible ville côtière, est la dégradation totale dans tous les domaines.
Je m’arrête, et rani ma goult walou.
Allez bonne journée avec possibilité d'averses ! Un autre voyage m'attend tout à l'heure.
Dans cette image: DJIDJELLI / Photo Souvenir de CALZADA, prise début des années 80.
Photo prise devant la maison de Boutaleb. On voit vers le bas le magazin de Bentitoche et plus bas on voit Da Rebbouh devant le magazin di Bentafar.
Au fond de l'image, à gauche, l'impasse Souiad, lieu de notre travail...